Saut au contenu

X En naviguant sur le portail IsèreADOM, vous acceptez notre utilisation des cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos attentes. En savoir plus sur les cookies.

Présentation du projet

  • Historique :
  •  

L’Isère comporte un écosystème réellement favorable à une innovation comme IsèreADOM : c’est un territoire sur lequel toutes les composantes essentielles du maintien à domicile et du numérique se retrouvent ! L’approche gérontologique a depuis longtemps été développée, avec l’Université, le Département, les Caisses de retraite et le CHU ; la filière du numérique est dense avec le pôle de compétitivité Minalogic et le CEA.

Le projet, dans ses modalités actuelles de mise en œuvre, a fait l’objet d’un marché public, passé au terme d’un dialogue compétitif qui a démarré fin septembre 2013. Après 18 mois d’échanges avec 3 groupements d’industriels retenus pour la phase de dialogue, la décision a été prise de développer le démonstrateur avec IMA, Altran et Orange.

Entre 2015 et 2017, près de 18 mois ont été nécessaires pour mettre au point :

- les modes opératoires (une centaine de modes opératoires ont été rédigés) des services IsèreADOM ;

- le système d’information contenant 4 espaces : l’espace public (le site web tout public), l’espace professionnel (l’accès au référencement dans l’annuaire IsèreADOM des offres de proximité par les acteurs locaux eux-mêmes), l’espace bénéficiaire (le dossier bénéficiaire avec le cahier de liaison numérique) et l’espace d’administration ;

- les outils d’accompagnement au changement (formation, communication, animation des groupes de territoires, conférences, …) ;

- le cadre évaluatif du démonstrateur.

  •  

C’est le 15 novembre 2017, que le site a été ouvert aux usagers !

---------------------------------------------------------------------------------------

  • Objectifs et contenus
  •  

OBJECTIFS

Rappel des éléments de contexte :

- Les plus de 85 ans seront multipliés par 3 à l’horizon de 2030 et par 4 en 2040.

- Les personnes porteuses d’une pathologie chronique plus ou moins invalidante passeront de 17 millions en 2014 à 20 millions en 2020.

- A cela s’ajoute le phénomène dit du « Paby-Boom ». Dès 2017 la France comptera 130 000 personnes dépendantes de plus.

  •  

Le constat est fait qu’il faut adapter l’organisation sanitaire et médico-sociale :

- Les besoins de santé liés à la perte d’autonomie et aux pathologies chroniques sont actuellement mal pris en compte par notre système de santé ;

- La prise en charge des personnes en perte d’autonomie s’appuie sur des services sanitaires et médico sociaux. Mais ces offres de service sont fragmentées (manque de continuité) et cloisonnées (manque de coordination) ;

- Ce manque d’efficacité dans la liaison ville-hôpital, se traduit par des ruptures dans les parcours de santé des personnes âgées et les personnes porteuses de pathologies chroniques.

Pour faire face à cette évolution démographique et épidémiologique, les enjeux sont multiples.

Le Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie (HCAAM- Dans le rapport pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM), du 23 juin 2011 intitulé « Assurance maladie et perte d’autonomie ») a formulé les recommandations suivantes :

« L’équilibre durable des comptes de l’assurance maladie passe, impérativement, par une organisation territoriale qui favorise la coopération interprofessionnelle et interinstitutionnelle, et qui inscrive le soin dans une logique de santé globale, l’acte curatif et l’acte technique étant intégrés à une démarche incluant les aspects préventifs et sociaux.  (…) De cette façon « le système de soins, tant dans ses composantes curatives que de prévention, peut contribuer à prévenir la perte d’autonomie. »

 De ce fait la prise en compte de l’objectif d’accompagnement de l’autonomie – et particulièrement de l’autonomie au grand âge – passe par la promotion de nouvelles formes d’organisation du système de soins telles que le propose IsèreADOM.

« Une dépense d’aide à l’autonomie (par exemple, une dépense d’APA effectuée par un conseil général) améliorera d’autant mieux la qualité de vie de la personne âgée, et atteindra l’optimum en termes d’euros publics dépensés, si elle intervient en continuité du parcours soignant :

- Déclenchée de manière adéquate et au bon moment, l’aide à l’autonomie peut éviter des prises en charge inutilement lourdes et non souhaitées par les personnes âgées et leur entourage.

- Puisque les personnes âgées ‘dépendantes’ souffrent systématiquement d’une ou plusieurs pathologies chroniques, les professionnels de l’aide à l’autonomie (aides soignants, auxiliaires de vie, aides ménagères) doivent pouvoir inscrire leur intervention en continuité, complémentarité et coordination avec le suivi médical de cette personne. »

L’ensemble de ces remarques et prescriptions du HCAAM montre clairement la nécessité de financer – plus qu’aujourd’hui – le soutien à domicile, non seulement :

- pour être efficace, c’est à dire fluidifier les prises en charges des personnes en perte d’autonomie et/ou porteuses de pathologies chroniques,

- pour être efficient, c’est-à-dire optimiser l’emploi des ressources disponibles, ce qui libère des marges de manœuvre pour prendre en compte de nouveaux besoins (fortes croissances attendues de la dépendance et des pathologies chroniques) dans un cadre budgétaire durablement contraint (lui en revanche, peu voire non croissant).

 

CONTENU de ISEREADOM

IsèreADOM® est un démonstrateur préalable à un déploiement à grande échelle. Il a pour ambition la validation d’une alternative à nos organisations sur le périmètre de la prévention de la perte d’autonomie et de la prise en charge à domicile des personnes dépendantes et/ou porteuses de maladies chroniques.

Il s’agit de définir et d’évaluer un dispositif permettant de passer, pour ce qui relève de la prévention et de la prise en charge de la perte d’autonomie et des pathologies chroniques (pour plus d’efficacité et d’efficience), une organisation « domicilo-centrée » comprenant notamment :

- un partage d’information entre les acteurs du secteur sanitaire et médico-social pour une meilleure coopération,

- des systèmes d’informations en capacité d’intégrer des dispositifs communicants (NTIC) pour développer les programmes de prévention à distance, le suivi, la mesure et les alertes sur des paramètres clés santé-autonomie,

- des processus métiers (sanitaires et médico sociaux) qui s’appuient sur ces outils communicants pour un suivi “de masse” de l’évolution des situations des personnes dépendantes ou malades à domicile, depuis l’apparition de signe de fragilité.

 

Pour cela IsèreADOM a pour finalité de démontrer l’apport et la faisabilité des conditions de réalisation et de déploiement :

- d’une plateforme téléphonique, guichet intégré d’information, d’orientation, de suivi des demandes en lien avec la prévention et le maintien à domicile,

- de manière plus générale, d’un système d’information qui intègre cette plateforme téléphonique mais aussi : un site web, des bases de données, interfacés avec les opérateurs actuels de télé-santé (télé-alarme, télé-suivi médical, …) et les systèmes d’informations santé des partenaires (CARSAT, CD, ARS, …),

- d’un bouquet de services, couvrant les champs de la prévention (accompagnement en activité physique adaptée, coaching pour « bien vieillir », etc.), de la perte d’autonomie (solution domotique, télé-assistance, etc.), des pathologies chroniques (télé-suivi du poids et de la tension, pour les insuffisants cardiaques par exemple), et permettant de proposer des programmes de soutien personnalisé,

- d’une organisation (le processus sentinelle) qui structure, « systématise » et détermine les conditions de déploiement généralisé :

  • - une fonction de détection de fragilités ou d’évolution des besoins, afin d’anticiper les “situations de glissement” au domicile et ajuster au fil de l’eau la prise en charge,

- une coordination, appuyée sur un dossier d’information partagé (développé avec l’ARS) et sur la désignation d’un référent de proximité, bien connu de l’usager et des professionnels locaux.

 

AVANCEMENT 

Dans sa version de démonstration, sur 24 mois (2018 et 2019), IsèreADOM présente :

  • - Un volet public :
  •  

- Un n°vert d’information et d’orientation (appel au 0800 38 00 38), adossé à un annuaire des services de proximité.

- L’annuaire est instruit par les professionnels eux mêmes, via un accès libre (création de compte sur le site). Périodiquement, le système sollicite le professionnel pour une mise à jour de ses fiches offres. En cas de non réponse, la fiche est désactivée. Une démarche continue de communication et d’articulation avec les filières gérontologiques, les EPCI, les chambres consulaires (CCI et CMA) est menée pour affiner, compléter ce référencement.

- Un site web isereadom.fr

 

- Un volet privé : un accompagnement personnalisé de personnes fragiles, à risque ou en perte d’autonomie

  •  

- Panel 1 dit « Prévention » composé de personnes retraitées avec une fragilité repérée

• Objectif : Evaluer l’adhésion à rentrer dans un parcours prévention

• Territoire : Tout Isère 

• Nombre de personnes accompagnées pour le démonstrateur : 100

• Services IsèreADOM proposés :

- Coaching téléphonique, pour un accompagnement motivationnel autour du « bien être » - Echange sur les activités prévention « à côté de chez moi »

- Tablette numérique à domicile avec liaison internet

- Panels 2, 3 et 4 « Perte d’autonomie » composés respectivement de :

• Usagers ayant chuté au moins deux fois dans l’année,

• Usagers ayant un traitement pour insuffisances cardiaques, à domicile

• Usagers ayant un traitement en oncologie, à domicile

 

• Objectif : Evaluer l’impact d’un accompagnement personnalisé pour les personnes ayant un plan d’aide et /ou de soins

Territoires : Portes des Alpes (Péri-Urbain) – Bièvre Valloire (Semi-Rural) – Vercors (Montagne) – Agglomération de Grenoble (Urbain)

• Nombre de personnes accompagnées pour le démonstrateur : 300 personnes à risque de chute, 100 personnes insuffisants cardiaques, 146 personnes ayant un traitement contre le cancer

• Services IsèreADOM proposés :

- Des services à domicile d’aide humaine dans le cadre des plans d’aides (PAP ou APA) et/ou plans de soins

- Des services de télé suivi médical (balance connectée, tensiomètre connecté, thermomètre connecté) ou de téléassistance (capteur de chute ou médaillon de télé alarme, chemin lumineux)

- Des ateliers de prévention

- Un processus de suivi sentinelle avec désignation d’un référent sentinelle

- Un coaching téléphonique « santé bien être »

- Un appui à l’entrée / sortie d’hôpital

- Une tablette numérique à domicile avec liaison internet

 

  • Un programme d’évaluation est mis en place, avec notamment :
  •  

- Une évaluation des apports et impacts d’IsèreADOM pour les parties prenantes (publics, professionnels de la prise en charge, acteurs économiques, …)

- Une évaluation sociologique du processus sentinelle de tous les panels

- Une évaluation d’acceptabilité des objets connectés du panel 4

- 3 études scientifiques médico économiques, pour les panels 2, 3 et 4.